Union Académique Internationale

Monumenta palaeographica medii aevi

Retour à la liste des projets

À des fins scientifiques et didactiques, les MPMA, publiés in folio (45,5 x 30,5 cm), reproduisent à grandeur d’original des textes médiévaux constituant des séries cohérentes et transmis sur toutes sortes de support, sans exclusive – pierre, métal, bois, papyrus, parchemin, papier, tablettes de cire, etc. – Chaque volume comporte une introduction contenant toutes les informations nécessaires sur le contexte historique et sur le système d’écriture avec des spécimens de tous les graphèmes et des indications linguistiques. L’album de planches s’accompagne d’une transcription intégrale des textes, avec une annotation et des observations paléographiques. La paléographie est étudiée autant pour elle-même, comme une discipline autonome, que comme un marqueur culturel. C’est pourquoi les volumes des MPMA peuvent servir de sources fondamentales aussi bien aux codicologues et paléographes, qu’aux historiens, aux philologues et aux linguistes. Chaque volume se termine par un ou plusieurs index spécialisés.

La collection a été fondée en 1995 par Hartmut Atsma (1937-2009) et Jean Vezin, qui avaient contribué aux Tomes XIII à XIX des Chartae Latinae Antiquiores. Constatant qu’à partir du IXe siècle le nombre des documents conservés aurait rendu onéreuse et répétitive leur publication intégrale, et prenant en compte l’intérêt des inscriptions, graffiti, ostraca et autres sources précieuses sur l’usage et l’évolution des écritures, ils décidèrent de créer une nouvelle collection, à la fois plus ouverte et résolument sélective.

Depuis leur fondation, les MPMA se sont assigné un double objectif :

  1. Illustrer par des exemples représentatifs la parenté foncière et l’extrême variété des systèmes, des types et des styles d’écriture qui s’imposent, d’un bout à l’autre de l’Europe, depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à l’épanouissement culturel du Moyen-âge.
  2. Montrer le développement et la diversification du rôle de l’écrit dans le monde médiéval. Chaque type de document développe un caractère spécifique : un support déterminé, une certaine présentation et un style graphique tendent à s’imposer. Cette nécessaire corrélation entre la forme matérielle et le fond, l’allure, le format et la fonction du texte se superpose à la variété des traditions nationales. Des extensions informatiques sont envisagées pour certains volumes ; toutefois la collection privilégie la reproduction à grandeur d’original sur support papier, qui rend mieux compte de l’aspect matériel des documents originaux, notamment du module de l’écriture. De plus, la publication papier contribue à la sauvegarde des originaux. En effet, elle permet de restreindre la communication de documents fragiles et en offre une réplique fidèle sur un support pérenne

Prévoyant d’emblée des séries distinctes (Gallica, Hispanica, etc.), selon le pays de conservation des documents et le contexte culturel auquel ils renvoient, ils choisirent de présenter les corpus les plus caractéristiques, en privilégiant, dans chaque tradition, la spécificité et l’exemplarité. En effet, puisque l’on renonce à l’exhaustivité, on se concentre sur ce qui est le plus caractéristique de chaque tradition nationale et sur ce qui contribue le plus efficacement à l’avancée des connaissances. Les séries nationales s’élaborent en rapport étroit avec les structures académiques. C’est la même logique qui a permis la constitution d’une « République des lettres » dans l’Europe savante à la Renaissance et à l’Âge des Lumières. Après accord préalable avec les directeurs des MPMA sur le plan de la s érie (spécifique à l’histoire de chaque pays), le choix des documents édités et les normes de présentation, les responsables des séries travaillent en toute liberté, avec l’irremplaçable compétence que leur donne l’imprégnation de la tradition culturelle et historiographique à laquelle ils appartiennent.

À travers ce projet, un véritable réseau interacadémique et interuniversitaire se constituer Pour le moment, la collection reste ouverte et l’éventail des séries est encore appelé à se diversifier.

SÉRIES EXISTANTES :

Series Belgica, Series Gallica, Series Graeca, Series Hebraica, Series Hispania, Series Ibero-caucasica, Series Polonica, Series Rossica